th_edited.jpg
La paroisse protestante du Vésinet

Qui sommes nous ?

Ce qui nous rassemble, c’est une même flamme qui nous anime et nous rapproche pour louer, chercher, échanger, prier, comprendre, aider, servir, chacun à sa façon, en se sentant appelés par Jésus-Christ.

Ce qui nous enrichit, c’est la diversité des générations, des origines, des projets et des convictions.

Ce qui nous caractérise, c’est notre ancrage dans la tradition protestante pluraliste.

Ce qui nous réjouit, c’est de vous retrouver ou de vous accueillir lors d’un culte ou d’un évènement paroissial. Que vous soyez dans la foi, dans la recherche ou dans le doute, il y a une place pour vous parmi nous.

Les membres du conseil presbytéral :

Vololona ANDRIANI,

Catherine BALDASSARI,

Patricia BOURBOULON,

Janine BREHE,

Raoul BRIET (Trésorier),

Philippe DELAUNE (Président),

Damienne ESCANDE,

Carole FREYNET,

Philippe GRAND d’ESNON,

Laurent JOURDET (Vice Président),

Gauss NGAKO DE FOKI,

Nicolas POUPARDIN (Secrétaire),

Claire-Anne VITOUX

Le pasteur :

Le lien entre une paroisse et un pasteur est le fruit de la rencontre d'une culture communautaire et d'une personnalité, sous le signe de la grâce de Dieu.

Après ses études, Philippe Grand d’Esnon a travaillé plus de 20 ans dans l’industrie et la finance, tout en participant à des actions associatives, notamment comme écoutant chez SOS Amitié.

Puis il s’est lancé dans 6 années d’études de théologie, au cours desquelles il s’est senti appelé et a choisi d’être pasteur, ce qu’il est devenu en 2009.

Philippe a rejoint notre paroisse de la boucle au Vésinet en 2016 avec sa femme Jenny et leurs trois fils.

 
Lotissement du Vesinet.jpg
Un peu d'histoire

« Ville nouvelle », le Vésinet a accueilli une paroisse protestante dès 1869. Le temple a été édifié en 1880, à l’initiative d’un petit groupe de protestants qui se réunissait depuis quelques années au Vésinet.

 

Le financement a été assuré par des dons de particuliers et par un concert donné à Paris avec le concours gracieux de Camille Saint-Saëns.

 

Il a été plusieurs fois agrandi et complété de salles paroissiales annexes.

Il est la propriété d’une association cultuelle, conformément à la loi de 1905, qui en assure intégralement l’entretien et les réparations.

Il sert de lieu de culte et d’activités paroissiales à la paroisse réformée de la Boucle au Vésinet (Chatou, Croissy, Le Pecq RG, Le Vésinet et Montesson).

Le bâtiment est inscrit à l’inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France.

Principales dates

1872 : Location d’une salle rue de l’Eglise (actuelle rue du Maréchal Foch)

1880 : Achat du terrain et construction du temple sans salle annexe, ni aile (architecte M. Rouyer – sculpteur M. Boudin).

1912 : Premier agrandissement du temple (architecte M Letrône) en l’allongeant et en le prolongeant par une vaste sacristie. Arrivée de l’orgue Cavaillé-Coll, des vitraux et des bancs actuels. Achat de terrain complémentaire et du pavillon annexe.

1924 : Acquisition du presbytère.

1930 : Construction du foyer paroissial. Consolidation et couverture du clocher.

1967 : Déplacement du fond, annexion de l’ancienne sacristie, adjonction de 2 ailes et construction d’un bâtiment de plain-pied avec sous-sol pour les mouvements de jeunesse.

1980 : Agrandissement et restauration de l’orgue.

1995 : Restauration des 8 vitraux de 1912.

2002 : Création des nouveaux vitraux par l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Appliqués et des Métiers d’Arts – professeur Madame Dromigny. 

 
grand Orchestre
Le rôle du conseil et du pasteur

Le Conseil Pesbytéral

Chaque Église locale, ou paroisse, est responsable de sa vie et de ses orientations. Elle est dirigée par un conseil dit « presbytéral », élu tous les 4 ans par l’assemblée générale. Le ministre (pasteur), nommé par le conseil, en est membre de droit.

 

Responsabilités du Conseil Presbytéral

« Il a la responsabilité de discerner, reconnaître et coordonner les ministères locaux, de veiller à l’organisation d’une formation biblique, spirituelle et ecclésiale et à la célébration régulière du culte , de se tenir en liaison avec tous les groupes locaux et les institutions ecclésiales.

Il prend garde à ce que la paroisse assure l’équilibre de ses recettes et dépenses.

... et a les pouvoirs les plus étendus pour gérer les affaires de l’association et la représenter à l’égard des tiers. »

 

Engagements des Conseillers Presbytéraux

A l’occasion du culte de reconnaissance et d’installation du conseil, les conseillers ont pris les engagements suvants :

Frères et soeurs de l’Eglise protestante unie de la Boucle au Vésinet

  • Vous qui êtes appelés à former le Conseil presbytéral de cette Eglise, vous exercerez le ministère qui vous est confié en accord avec la foi de notre Eglise et selon les règles de sa vie commune.

  • Dans la soumission mutuelle, vous travaillerez fraternellement avec tous ceux qui ont part à l’oeuvre du Seigneur.

  • Vous serez responsables de vos frères et de vos soeurs. Vous les encouragerez par votre vie. Vous vous garderez de tout ce qui pourrait faire tomber les plus petits. Vous serez discrets dans vos propos.

  • Vous serez vigilants dans la prière, persévérants dans l’écoute de la Parole, fidèles au repas du Seigneur, assidus aux assemblées de l’Eglise.

  • Vous poursuivrez votre formation spirituelle, théologique, humaine. Ainsi, vous aurez à coeur de renouveler l’élan de votre ministère.

  • Vous qui êtes appelés à former le Conseil presbytéral de cette Eglise, vous porterez ensemble la responsabilité spirituelle et matérielle de la communauté.

  • Vous discernerez, reconnaîtrez et coordonnerez les ministères que Dieu donne à cette Eglise pour qu’elle grandisse dans l’amour et soit au sein du monde messagère de l’évangile.

  • Vous serez solidaires des décisions que prendra votre Conseil et vous préparerez et appliquerez les décisions des Synodes.

Le pasteur

Un pasteur est un homme ou une femme qui travaille dans l’Eglise. Il exerce un métier relationnel fait d’écoute, d’accompagnement de personnes, de situations de vie, de groupes, de communautés. 

Le pasteur est un théologien qui annonce l’Evangile, donne du sens, questionne, interpelle, met en perspective la vie de ceux qu’il croise, des Eglises locales qu’il anime en collaboration avec le conseil presbytéral.

Il est un témoin de Jésus Christ : son ministère engage sa personne, il est appelé à partager sa foi. Un jour, il a répondu à un désir, une vocation, entendue au plus profond de lui-même. Les études de théologie sont nécessaires pour devenir pasteur : 5 années universitaires aboutissant à un Master professionnel en théologie protestante, suivies d’une période de deux ans, le proposanat, effectué en pleine responsabilité sur un poste pastoral. Le candidat est suivi tout au long de ce parcours par une Commission de l’Eglise, la Commission des Ministères, qui l’oriente et l’accompagne. L’admission au rôle est suivie par un culte de fête au cours duquel le pasteur prononce des engagements et où l’Eglise prie pour lui.

Pasteurs de l’Union nationale, les ministres peuvent être conduits à exercer un ministère au sein d’une Eglise locale, avoir en charge un ministère de gouvernement, d’enseignement en théologie, d’aumônier (hôpital, prison, armée), d’animateur biblique, d’animateur jeunesse, communicant...

1869-1870 : Charles Alfred Chastel de Boinville

 

1872-1906 : culte assuré par des pasteurs de Paris et des étudiants en théologie

 

1906-1922 : Léon Peyric (à temps partiel avec l’Union

Chrétienne de la rue de Trévise à Paris)

 

1922-1923 : Paul Jacot

 

1923-1943 : William Shackleton

 

1943-1959 : Frantz Balfet

 

1959-1976 : Maurice Costil

 

1976-1988 : Roger Bösiger

 

1988-1989 : Andras Kutasi

 

1989-1998 : Michel Bonneville

 

1998-2007 : Christian Baccuet

 

2007-2008 : culte assuré par des pasteurs et des laïcs pendant l’année de vacance pastorale

2008-2016 : Nathalie Chaumet

2016-2017 : culte assuré par des pasteurs et des laïcs pendant l’année de vacance pastorale

 

2017-.... : Philippe Grand d'Esnon

 
Wheat Field

Le protestantisme

La foi protestante

Comme tous les chrétiens, les protestants réformés proclament que Jésus-Christ est le Sauveur et le Seigneur, dont la mort et la résurrection appellent le monde entier à la vie.

Comme protestants issus de la Réforme initiée par Martin Luther et Jean Calvin, ils se reconnaissent dans les six affirmations suivantes.

Une protestation vivante

« Pro-tester » a étymologiquement deux sens : témoigner et s’opposer. Le protestantisme est ainsi une double protestation.

Pour Dieu, contre ce qui le défigure ; pour l’être humain, contre ce qui le détruit. En effet, en dehors de Dieu, rien ni personne n’est sacré ou divin. Dieu est un Dieu de liberté qui libère l’homme de tout système absolu. Cette conviction tient en une formule : 

« À Dieu seul la gloire ». (Soli deo gloria)

Rien à prouver

L’amour de Dieu est gratuit et ne se mérite pas. Il est offert à tout homme en Jésus-Christ quel que soit la valeur de la personne.

C’est ce qu’on appelle : 

« La grâce seule ». (Sola Gratia)

Une confiance sereine

La foi est la réponse de l’homme à l’appel de Dieu, une rencontre personnelle et une relation de confiance qui rend capable à son tour d’aimer. 

« La foi seule » (Sola fide) est source de liberté et d’engagement.

 

La Bible, un point c’est tout

Seule la Bible a autorité en matière de foi. Elle devient Parole de Dieu à découvrir dans le débat communautaire avec l’aide de l’Esprit Saint. 

« L’Écriture seule » (sola scriptura) est le socle des convictions protestantes.

 

Des Églises provisoires

 témoins de la fidélité de Dieu. Elles doivent 

« Se réformer sans cesse » (Semper reformanda)

Tous égaux

Chaque croyant a une place identique dans l’Église du Christ. Il n’y a pas médiation d’un clergé mais suppression des frontières. C’est le

« Sacerdoce universel »

Un peu d'histoire :

L’Église Protestante Unie de France est issue de la période de l’histoire connue comme « la Réforme ». Le premier grand réformateur et le plus célèbre est l’allemand Martin Luther. Moine augustin, il découvre à la lecture de la Bible que seule la grâce accordée par Dieu sauve. Son excommunication n’empêchera pas le départ d’un vaste mouvement qui transformera la chrétienté. Autour de Luther ou immédiatement après lui, des hommes comme Melanchthon, Bucer, Zwingli, Knox et bien entendu le français Jean Calvin vont contribuer à l’essor et à la structuration de la Réforme. Son extension a été favorisée par les traductions de la Bible en langue vulgaire, et le développement de l’imprimerie qui ont rendu possible l’accès de chacun aux Ecritures.

Malheureusement, en France, cet essor mène au conflit et aux tristes guerres de religion. Malgré des périodes de calme, après l’Édit de Nantes (1598) par exemple, les protestants vont vivre plus de 200 ans de persécutions et d’interdits, de la Saint- Barthélemy (1572) à l’Édit de tolérance de Louis XVI (1787), en passant par la guerre des Camisards. Un grand nombre émigrera vers des pays plus hospitaliers, en particulier à Genève et aux Pays-Bas.

Le retour à la liberté de culte va donner une nouvelle vigueur au protestantisme français au 19ème siècle. Les débats théologiques sont nombreux, œuvres sociales et missionnaires se développent et le mouvement protestant tend à se diviser en plusieurs églises.

Attachés par conviction à la séparation des Églises et de l’État, les protestants soutiennent majoritairement la loi de 1905. C’est à cette époque que naîtra la Fédération Protestante de France, qui regroupe les différentes églises issues de la Réforme (luthériens, calvinistes, baptistes, Armée du Salut, etc…). 

Création en 1948 du Conseil Œcuménique des Églises, auquel les églises protestantes participent activement.

Enfin, depuis 2013, l’Eglise Réformée de France et l’Eglise Evangélique Luthérienne se sont unies pour créer  l’Eglise Protestante Unie de France, à laquelle appartient l’Eglise Protestante Unie de la Boucle au Vésinet.

 

Eglise Protestante Unie de la Boucle du Vésinet (EPUV)